Je me délecte des phrase du bouquin de Christian Bobin offert par C. avec la même gourmandise que je me délecte des nougats offerts par E.

Matière élastique, à la fois craquante et fondante. La douceur du miel enrobe la saveur plus sauvage des amandes grillées. La première bouchée contient en germe la lutte acharnée pour ne pas en reprendre un autre, et un autre, et un autre ...

Ces mots sont bien plus beaux dans la clarté coupante de l'après-
midi que dans la brume vague de la fin de soirée. Chaque phrase est une petite poésie. Ce n'est pas un roman d'ailleurs, mais une monstrueuse poésie de 140 pages. Pour ne pas risquer l'overdose, il faut lire paragraphe par paragraphe, en pausant après chaque image pour ne pas la froisser. Je me surprends en lisant à chercher quelques phrases à citer sur mon blog, mais chaque phrase est une citation et je ne peux pas me décider à en choisir une plutôt qu'une autre.
Un petit reproche toutefois : il est un peu trop mystique à mon goût ...

любовь

Possédés, aveuglés, soûlés par leurs propres cris, ils couraient en tous sens, martyrisant par la violence de leurs hurlements et leurs gestes désordonnées de noyés les derniers atomes de calme qui auraient pu se réfugier dans les larges feuilles de platanes. Lancés les uns contre les autres comme des boules de billard, ils se heurtaient et se repoussaient aussitôt, allaient en heurter d'autres. Et ils riaient. Leur joie me terrifiait. (il s'agit d'une cour d'école maternelle apprend-on quelques lignes plus bas) (spéciale dédicace to Kiki, Tilu and Miss Tortue, même si elle joue dans la cour des grands)